Un drone télécommandé, une expression redondante ?

Dans les annonces, les fiches produits, les contenus en ligne informatifs ou encore dans le jargon des passionnés ou simples amateurs, le mot drone est souvent accompagné du terme télécommandé. Un « drone télécommandé »… Une expression qui paraît redondante et à la fois pourrait laisser croire qu’à l’achat, vous avez le choix entre un drone télécommandé ou qui vole tout seul. Alors, qu’est-ce vraiment qu’un drone… télécommandé ?

Un drone est forcément télécommandé

Par définition, un drone est un aéronef sans pilote à son bord. Ainsi, s’il n’y a personne à l’intérieur (le contraire étant généralement compliqué compte tenu de la taille réduite de ce type d’engin), pour pouvoir voler, il doit être contrôlé à distance. C’est ainsi que fonctionnent les drones télécommandés, qu’ils soient « pilotés » par des passionnés ou de simples amateurs de drones de plaisir. Pour sa part, l’organisation de l’aviation civile internationale désigne ce type d’engin volant par RPA pour Remotly Piloted Aircraft, expression qui se traduit par « avion piloté à distance ». De ce fait, quelle que soit l’utilisation de ce type d’engin, l’expression drone télécommandé paraît effectivement redondante.

Le drone, sans pilote, mais télécommandé

En fait, le drone est bien automatisé, d’où son autre appellation anglaise Unmanned Aerial Vehicle (expression qui se traduit par véhicule aérien sans pilote) ou encore l’autre appellation UAS ou Unmanned Aircraft System qui se traduit par système d’aéronef sans pilote.

Par ailleurs, le mot drone peut désigner deux objets différents, en fonction de la langue. En anglais, il désigne bien le type d’engin cité précédemment, l’UAS. En français, il fait en particulier allusion aux véhicules et robot, aériens ou sous-marins, autonomes. Au niveau international, le drone, en tant que mobile autonome sans pilote, est plus connu sous le nom UAV/UAS, lorsqu’on parle de drones aériens.

Drone télécommandé, forcément !

Dans tous les cas le drone reste télécommandé, sans pilote, et se contrôlant à distance.

Pour la petite histoire, contrairement à certaines idées reçues, il ne s’agit pas d’une invention du XXIe siècle. Ce type d’appareil volant est, en effet, apparu au lendemain la Première Guerre Mondiale. À ce moment-là, les premiers modèles sont contrôlés par télégraphie sans fil et dotés d’un gyroscope. Les drones commencent alors à devenir opérationnels avec le projet Hewitt Sperry Automatic Airplane, en 1917. À l’époque, le terme d’avion sans pilote radiocommandé, d’avion qui vole sans l’intervention de  l’homme, doté d’un système de pilotage automatique est bien employé pour désigner le drone.

Les modèles d’avions cibles autonomes sous forme d’avion de taille réduite télépiloté verront alors le jour vers les années 1934 – 1938, et les appareils rappelant des bombes planantes anti navires, antichar, toujours radioguidées ou guidées à distance, vers 1938.

Qu’il soit utilisé dans le domaine du loisir ou dans le domaine militaire, le drone est ainsi généralement télécommandé. Ce type d’engin volant sans pilote ne cesse d’évoluer et devient de plus en plus performant, même les tout premiers essais en vol sans pilote constituaient, il y a près de cent ans de cela, un défi de taille.